Pourquoi se mettre d’accord pour entreprendre un divorce à l’amiable ?

0
346
views

Pour mettre fin à votre divorce dans les meilleures conditions sans avoir à vous lancer dans une longue procédure, le divorce à l’amiable est la solution. Pour vous faire une idée de l’allégement de la procédure et de tout ce qu’elle vous permet, découvrez dans cet article quelques précisions pour vous aider.

Vous décidez des conditions de votre divorce

Dans le cas d’un divorce à l’amiable, l’avantage réside dans le fait que chacune des parties est convaincue que la rupture du mariage est la bonne décision à prendre. Les conjoints s’engagent donc à mettre fin à leur union en décidant entre eux des termes de leur divorce.

Dans cette lancée, ils définiront le calcul de la pension alimentaire, le partage du patrimoine et éventuellement de la garde des enfants. Une fois toutes ces dispositions prises, elles sont stipulées dans une convention de divorce qui sera présentée devant le juge aux affaires familiales. Mais pour réussir son divorce à l’amiable en toute sérénité, vous devrez obligatoirement engager un avocat spécialisé. 

Pour rapidement conclure votre séparation

Le divorce par consentement mutuel est le type de divorce qui permet le plus rapidement possible d’obtenir une séparation. En effet, étant réclamé par les deux parties qui en principe tombent d’accord sur les termes de leur rupture, le divorce à l’amiable ne requiert aucune procédure alambiquée et est prononcé d’habitude au bout d’un mois.

Dans le cas où les conjoints ne possèdent aucun bien en commun et qu’il n’y a pas d’enfants concernés, il est même possible depuis 2017 de ne pas se rendre devant le juge. En outre, cette solution permet aux conjoints souhaitant se séparer de ne pas avoir à exposer les raisons de leur séparation.

Des frais de justice allégés

Le divorce à l’amiable est le divorce le moins coûteux. En effet, il dépend en grande partie des honoraires demandés par les avocats et son coût total est défini dans la convention établie entre les époux. 

Les frais de notaire concernant le dépôt de la convention de divorce s’élèvent à environ 50 euros TTC. Par ailleurs, si l’une des parties bénéficie d’une aide juridictionnelle, sa participation aux frais de justice ne pourra en aucun cas dépasser la moitié de ces derniers.

Source principale de cette actualité :