Le 30ème anniversaire de l’indépendance de l’Ukraine. Courrier de l’ancien Président IANOUKOVITCH

0
201
views

Mes chers compatriotes,

À la veille du 30e anniversaire de l’indépendance de l’Ukraine, je crois que nous devons parler du chemin que notre pays a traversé au cours de cette période, de ce qui a été gagné et de ce qui a été perdu.

Je ne donnerai pas mon évaluation des actions des dirigeants du pays, qui sont arrivés au pouvoir conformément aux dispositions de la Constitution ukrainienne, et non par le coup d’État, comme cela s’est produit en 2014. Trente ans plus tard, il est facile de discuter des erreurs qui ont été commises et de savoir si elles auraient pu être évitées. Chaque président, député, premier ministre et membre du gouvernement a agi dans des conditions de circonstances historiques spécifiques, qu’ils ne pouvaient pas influencer, et encore moins changer. Je pense que cela ne peut pas être dit uniquement pour l’Ukraine. Il y a les bonnes et les mauvaises décisions des dirigeants d’un pays dans l’histoire de n’importe quel État. La question est de savoir le rapport entre les succès et les échecs, de savoir si le cours stratégique du développement du pays, essentiel pour sa politique intérieure et étrangère, a été choisi correctement.

Au cours des premières années de son existence en tant qu’État indépendant, l’Ukraine entonnait dans le paradigme des processus typiques de la majorité des pays post-soviétiques: une idée plutôt approximative de ce qu’il fallait faire dans des conditions d’effondrement de l’URSS, lorsque le droit des nations à l’autodétermination s’est transformé de déclarations en réalité. Je ne pense pas qu’il soit faux de dire que pendant ces premières années, alors que les fondements constitutionnels de l’État se développaient, nous nous sommes maintenus à flot grâce à l’inertie des liens économiques avec les anciennes républiques soviétiques, principalement avec la Russie en tant que maillon central du complexe économique national de l’ex-URSS.

Bien que cette période soit apparue dans l’histoire moderne comme les « années quatre-vingt-dix gênantes », car c’est à ce moment-là que le capitalisme « sauvage » est arrivé en Ukraine, l’industrie ukrainienne a continué à travailler en étroite collaboration avec les entreprises de Russie, de Biélorussie, du Kazakhstan et d’autres anciennes républiques soviétiques, fournissant des revenus au budget national et empêchant ainsi un effondrement social imminent.

Avec le temps, ces liens économiques ont commencé à s’affaiblir, principalement touchés par l’« occidentalisation » progressive de la politique étrangère de l’Ukraine, qui se déroulait sous la pression des patriotes nationalistes et de l’Occident. La politique étrangère multi-vecteurs est devenue le compromis entre la tendance occidentale et le désir de préserver une coopération à part entière avec la Russie. Pour être juste, il convient de noter que dans des conditions, lorsque l’égoïsme économique a commencé à prévaloir dans les relations entre les anciennes républiques soviétiques et la CEI, en tant que mécanisme d’un nouveau format d’union politico-économique, s’est avéré incapable de remplir les fonctions qui lui ont été assignées, c’était la bonne décision des dirigeants politiques de l’Ukraine. Il n’y avait tout simplement pas d’autre moyen d’assurer la sécurité nationale de notre pays à ce moment-là et, comme l’ont montré les années suivantes de notre histoire, c’est grâce à notre politique multi-vecteurs que nous avons pu maintenir la stabilité interne. Cela se passait jusqu’en 2014.

Je ne vais pas énumérer tous les moments importants des 30 ans d’histoire de notre indépendance, car mon objectif ici n’est pas de décrire le chemin que nous avons parcouru depuis 1991. Vous connaissez tous les événements clés de cette histoire aussi bien que moi: l’adoption de la Constitution de 1996, le début des « guerres du gaz » avec la Russie, la révolution orange… Permettez-moi simplement de dire que la période de mon mandat en tant que gouverneur, premier ministre et, par la suite, chef de l’État a été une période très difficile pour le pays en général.

En essayant de mener le dialogue sur un pied d’égalité avec l’Occident et la Russie, le pays a continuellement été confronté à des difficultés, dont les racines n’étaient pas dans notre incapacité à garantir le progrès socio-économique, mais dans les questions de nature géopolitique. Un partenariat sain entre l’Ukraine et la Russie a été considéré en Occident, principalement par les États-Unis, comme une menace de retour de la Russie à la politique mondiale en tant qu’acteur, similaire à ce que l’URSS avait été autrefois. En conséquence, l’intensification des tensions politiques internes en Ukraine et leur transformation en un conflit ouvert entre l’opposition et le gouvernement n’étaient qu’une question de temps.

Nous étions conscients de cette menace et avons tout fait pour éviter la catastrophe. Nous avons assuré la liberté d’expression même dans les cas où cette « liberté » constituait une menace pour les fondements de l’État; nous n’avons pas entravé les droits des résidents des régions occidentales de l’Ukraine de construire des monuments à la mémoire des personnes qu’ils considéraient comme leurs héros nationaux, même au détriment de l’humiliation de la mémoire historique des habitants du sud-est; nous n’avons pas poursuivi les membres d’organisations nationalistes, croyant qu’ils apprécieraient la tolérance de l’État; nous avons fermé les yeux sur beaucoup de choses… Je ne pense pas que ce soit une politique erronée. Le coup d’État qui a eu lieu en 2014 n’était pas le résultat de notre « clémence ». Il a été prédéterminé par la mise en œuvre du projet « L’Ukraine en tant qu’anti-Russie ». Une fois ce postulat accepté comme une évidence, tout se mettra en place.

Le premier président de l’Ukraine, Leonid Kravchuk, a récemment déclaré qu’il considérait croire la Russie comme sa plus grande erreur. Je trouve étrange d’entendre cela de la part du dirigeant politique qui a été à l’origine de l’indépendance de l’Ukraine. En effet, nous avions des désaccords avec la Russie avant même 2014, mais nous les avons résolus par des négociations et des concessions mutuelles. Il s’agissait souvent de compromis qui exigeaient une volonté politique extraordinaire de la part des parties concernées et une volonté d’expliquer aux citoyens de leur pays pourquoi leurs dirigeants agissaient comme ils l’ont fait et non autrement. Nous avons réussi, parce que les deux parties comprenaient que nous devions aller de l’avant en renforçant le partenariat mutuellement bénéfique dans tous les domaines des relations bilatérales, ce qui garantissait l’amélioration du bien-être de nos peuples, c’est-à-dire la réalisation de l’objectif principal de toute direction responsable de l’État. Grâce à cela, l’Ukraine affichait de bons taux de croissance économique et améliorait l’élément social de sa politique intérieure. Avec ce bagage, nous avons abordé l’événement qui, comme il s’est avéré plus tard, a servi de déclencheur pour lancer le processus de démontage de l’Ukraine que nous construisions, le pays qui a choisi la voie de l’intégration progressive dans l’espace économique et politique européen commun, tout en préservant les liens traditionnels avec la Russie et avec d’autres républiques de l’ex-Union soviétique. La question de la signature de l’accord d’association avec l’UE est devenue ce déclencheur.

Je tiens à répéter que je ne peux pas évaluer les décisions politiques de mes prédécesseurs en qualité de président. Mais j’ai le droit d’évaluer mes propres actions.

Par conséquent, sous la pression de l’opposition et de l’Occident, nous nous sommes retrouvés dans une situation où la compréhension de la prématurité de la signature de l’accord d’association est tombée sur le désir de nos opposants de faire adopter cette décision à tout prix. Ils ne se souciaient pas des conséquences, car les dirigeants actuels seraient tenus responsables des catastrophes socio-économiques que nous observons aujourd’hui en Ukraine.

La situation était extrêmement compliquée, mais nous avons néanmoins décidé de reporter la date de signature de ce document en raison de la nécessité d’une analyse plus approfondie de la composante économique de l’accord dans le contexte de l’élimination des contradictions éventuelles afin de garantir une coopération mutuellement bénéfique avec la Russie en correspondance avec les intérêts nationaux de l’Ukraine. Cette décision a-t-elle été l’étincelle qui a allumé le feu de la soi-disant Révolution de la dignité? Non. Il a servi de signal du début d’une prise de pouvoir illégale et d’une hystérie anti-russe, qui se sont rapidement transformées en l’épine dorsale de la politique étrangère de l’Ukraine.

Je suis profondément convaincu que la plus grande erreur de nos 30 ans d’histoire n’a pas été la confiance manquée dans la Russie, mais le refus d’avoir des relations de bon voisinage avec elle. Inoffensive à première vue, la phrase « Si vous ne sautez pas, vous êtes un Moskal (note du traducteur: une désignation diminutive du russe) », conçue pour aider les manifestants à Maydan à se réchauffer, était en réalité un signal du début de la politique de confrontation permanente avec la Russie.

À quoi tout cela a-t-il mené? À la guerre, à la scission de la société ukrainienne, à l’instabilité sociale permanente, à la crise économique profonde, à la déchaînement des organisations nationalistes radicales, à la persécution de l’opposition, à la fermeture des chaînes de télévision indésirables par le régime. Cela a conduit à ce que les habitants du Donbass se voient dire de s’installer en Russie, s’ils ne sont pas disposés à soutenir l’ukrainisation forcée, effectuée, aussi étrange que cela puisse paraître, par les dirigeants russophones du pays, et que les résidents de Crimée se voient refuser le droit de considérer la péninsule comme leur patrie, comme ils le sont, prétendument, seulement des invités temporaires là-bas…

À la veille du 30e anniversaire de son indépendance, l’Ukraine s’est avérée être entièrement dépendante des relations entre les États-Unis et la Russie, espérant tranquillement leur nouvelle détérioration, ce qui, en principe, ne sert les intérêts ni du peuple américain ni celui de la Russie. C’est douloureux pour moi d’en parler, mais c’est la vérité. Alors, que ferons-nous, si la désescalade se produit, qui finira par se produire? Construire un mur à la frontière avec la Russie, et maintenant aussi avec nos voisins biélorusses? Continuer à fatiguer l’Occident avec les demandes d’accepter immédiatement l’Ukraine à l’UE et à l’OTAN, ce qu’ils ne sont pas disposés à faire pour des raisons assez évidentes?

Il est douloureux pour moi de poser des questions aussi rhétoriques à la veille du 30e anniversaire de ma patrie, que j’aime beaucoup. En effet, il y a eu des erreurs commises au cours de notre mandat, parfois assez graves. Mais l’Ukraine vivait alors en paix et était un pays qui avait le plus grand territoire d’Europe. Ses citoyens n’émigrent pas à l’étranger à la recherche d’une vie meilleure; sa population ne diminuait pas à un rythme désastreux. Les Ukrainiens parlaient leur langue maternelle sans craindre d’être accusés d’avoir enfreint la loi qui restreint leurs droits constitutionnels. Ils n’ont pas souffert de la pauvreté à cause des tarifs exorbitants des services publics.

Il est un fait que le peuple ukrainien a mieux vécu pendant notre mandat. Et ce fait est encore plus visible, si l’on considère l’appauvrissement actuel des Ukrainiens.

Mais continuez à croire que tout va changer. Essentiellement, il ne faut pas grand-chose pour cela: il suffit de voter aux élections pour ceux, qui savent comment gouverner l’État, ceux qui connaissent les règles de l’économie, qui apprécient le droit des individus à parler leur langue maternelle, qui vont à l’église, qu’ils croient être leur maison spirituelle, qui vivent en aimant leur prochain, ne les haïssant pas.

Cela arrivera à coup sûr, et pas dans un avenir lointain, mais très bientôt. Je le sais et j’y crois, parce que je crois en la sagesse de notre peuple, en sa force et en son désir de trouver une véritable indépendance.

Sincèrement

 

Président de l’Ukraine (2010-2014)  

 

Viktor Ianoukovitch
Source principale de cette actualité :